العربية | FRANCAIS

L’Organisme Général de l’Information égyptien blâme Reuters et la B.B.C. à cause des attentats de l'oasis Bahareyas- Communiqué de presse.

L’Organisme Général de l’Information égyptien blâme Reuters et  la B.B.C. à cause des attentats de l'oasis Bahareyas- Communiqué de presse.
L’Organisme Général de l’Information a sévèrement condamné la couverture médiatique de l’Agence Reuters et de la B.B.C. au sujet des accrochages des oasis Bahareyas qui ont eu lieu hier, et qui se poursuivent jusqu’à présent, les qualfiant « d’imprécises ».
L’Egypte mène une guerre acharnée pour défendre son peuple et les peuples de la planète contre le terrorisme sanglant qui frappe partout dans le monde. Reuters et la BBC ont diffusé des informations selon lesquelles le nombre de martyrs dans les rangs de la police s’est élevé à 52 dont 23 officiers, selon Reuters et 18 selon la B.B.C. en s’appuyant sur ce qu’ils appellent « des sources sécuritaires » sans toutefois les identifer.
Il est absolument inconcevable du point de vue professionnel que deux des plus grands médias de l’Information fassent des erreurs aussi flagrantes dont les plus importantes sont : 
·        S’appuyer sur des sources sécuritaires anonymes. Or, ils auraient du attendre les résultats de l’enquête officielle pour obtenir les informations correctes. Cette conduite est contraire aux règles professionnelles internationales suivies dans la couverture des opérations terroristes qui exigent d’attendre quelque temps avant l’annonce d’informations officielles.
·        Le premier communiqué officiel du ministère de l’Intérieur décrit les éléments qui ont tué et blessé les hommes de la police comme étant des « éléments terroristes ». Or, la B.B.C. arabophone qui aurait du publier littéralement le communiqué, parle d’éléments « considérés comme terroristes » ce qui laisse à entendre que la B.B.C. arabophone n’est pas d’accord pour  qualifier ces éléments criminels de terroristes. La BBC porte seule la responsabilité de ces appelations. La B.B. C. anglophone et Reuters anglophone veulent substituer le terme « terroriste» par le terme « combattants » qui donne un effet positif au lecteur. 
L'Organisme Général de l'Information appelle la BBC, Reuters et les autres médias, qui se sont appuyés sur ce qu'ils appelaient « leurs propres sources », à opter pour l'un des deux choix suivants:
- Soit démentir les chiffres qu'ils avaient publiés au sujet du nombre de victimes, confirmer les chiffres officiels, et présenter des excuses pour l'inexactitude de ces informations et de leurs sources>
- Ou publier les noms de ce grand nombre de victimes prétendues, s'ils veulent confirmer leurs chiffres, qui, selon nous sont incorrects.



Aucun commentaire

Images de thèmes de Ollustrator. Fourni par Blogger.