العربية | FRANCAIS

La Turquie cède aux exigences marocaines et accepte de revoir l’accord de libre-échange et BIM risque la fermeture

La Turquie cède aux exigences marocaines et accepte de revoir l’accord de libre-échange et BIM risque la fermeture
Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy a annoncé hier devant la la Chambre des représentants que La Turquie a accepté, dernièrement, de revoir l’accord de libre-échange avec le Maroc, après “un vif débat”,
Le ministre a relevé que les relations commerciales ont enregistré un déficit de 18 MMDH, notant que le volume des investissements turcs au Maroc ne dépasse pas 1%.
Elalamy a souligné que le différend entre le Maroc et la Turquie est “commercial” et centré principalement sur le textile, rappelant à cet égard que le nombre d’emplois perdus par le Maroc dans ce secteur s’élevait à 19.000 en 2014, 24.000 en 2015, 35.000 en 2016 et 44.000 en 2017.
Le ministre a affirmé que le Maroc a fait part à la Turquie de ces préjudices, tout en réclamant une solution qui ne porte pas atteinte aux intérêts du Royaume, faute de quoi l’accord sera “résolu unilatéralement”.
Elalamy a, dans le même sens, souligné que la chaîne turque de supermarchés opérant au Royaume ne vend pas de produits marocains, entraînant la fermeture de plusieurs commerces de quartier.
A cet égard, le ministre note qu’il a informé le président de cette enseigne de grande distribution qu’il serait impossible de poursuivre les relations commerciales actuelles, suggérant de vendre les produits marocains dans ses magasins, faute de quoi elle serait contrainte de mettre la clé sous la porte.

Aucun commentaire

Images de thèmes de Ollustrator. Fourni par Blogger.