العربية | FRANCAIS

Pour sa 21ème édition, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde met la jeune génération

Pour sa 21ème édition, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde met la jeune génération
Pour sa 21ème édition, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde met la jeune génération à l’honneur du 21 au 23 juin 2018 à Essaouira. Plusieurs jeunes maâlems auront toutes les lumières sur eux le temps de quelques concerts. Une façon d’assurer la relève de l’art Gnaoui.

Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde ce sont des concerts inédits, des fusions, des rencontres, des moments forts de musique et de partage mais le festival est surtout synonyme de transmission d’un héritage, d’un patrimoine. Avec « La relève Tagnaouite », le festival pense à la relève et à la force de la jeunesse créative! Après le tremplin Ouled Mogador Music Action (OMMA) qui a puisé le talent à la source d’Essaouira, la relève Tagnaouite permet à cette nouvelle génération de fouler la grande scène Moulay El Hassan du Festival avec une vision, un projet, une ébauche de carrière. Cœur de la stratégie du festival, véritable acte de foi et de résistance depuis 1998, la jeunesse et le souci de transmission du patrimoine est primordiale.

C’est ce que tente de prouver cette année encore, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde en misant sur Hossam Guinéa. Après le décès de son père, l’indétrônable maâlem Mahmoud Guinéa, le jeune musicien qui s’est vu offrir le guembri de son père sur scène peu de temps avant sa disparition, s’apprête à prouver au monde qu’il est digne de son héritage avec une fusion artistique des plus pointues. Le jeune musicien jouera aux côtés da la nouvelle coqueluche anglaise du jazz, le saxophoniste Shabaka Hutchings, le guitariste et bassiste français d’origine vietnamienne, le grand Nguyen Le, le pianiste
utiste attiré par les musiques maghrébines David Aubaile et le très prometteur Omar Barkaoui, un des batteur marocain les plus doués de sa génération. Une création marocaine, française et anglaise pensée par le Festival Gnaoua afn d’encourager le jeune Hossam dans sa démarche artistique. Le festival lui produit même un album, un album composé de morceaux du répertoire des gnaoua d’Essaouira, dirigé par le directeur artistique du festival : le batteur et maître de la fusion Karim Ziad. Un album qui inclut deux titres fusions interprétées lors de cette 21ème édition.

A ses côtés, Maâlem Abdeslam Alikane directeur artistique et coach de la relève, propose des concerts tous les jours autour de trois écoles :
 

  • L’Ecole de Casablanca qui rassemble Ismael Rahil, Brahim Hamam et Khalid Sansi qui nous a offert une belle fusion l’année dernière avec le pianiste Bill Laurence.
 

  • l’école d’Essaouira composée de Said Boulhimas,Abdelmalek El Kadiri etMohammed Boumazzough
 

  • L’Ecole de Marrakech qui regroupe Moulay El Tayeb Adhbi, Tariq Ait Hmitti etHicham Merchane
Trois écoles, trois futurs maâlems sur scène, tous les jours, c’est ce que propose le rendez-vous « La relève
Tagnaouite
 » afn de donner à ces talents prometteurs la chance de briller et de confrmer leur statut de
maâlem dans les années à venir.

Fidèle à sa démarche de valoriser le patrimoine tagnaouite et de valoriser le statut de maâlem et des musiciens
gnaoua, le Festival continue à défendre cette musique ancestrale à laquelle la jeunesse s’identife fèrement.
 

A l’image de l’association Yerma Gnaoua, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine immatériel de la
confrérie des Gnaoua qui agit depuis 2009 pour faire connaître la culture gnaouie au Maroc et à travers le
monde et assurer la perpétuation de ses traditions.
  

Aucun commentaire

Images de thèmes de Ollustrator. Fourni par Blogger.