العربية | FRANCAIS

Le Maroc hausse le ton fasse aux provocations du Polisario

Le Maroc hausse le ton fasse aux provocations du Polisario
Devant l'infraction des éléments armés du Polisario dans la zone de Guerguerat et la réaction des Nations unies qui n'était pas "suffisamment ferme" comme a indiqué Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, devant les Commissions des Affaires étrangères et de Défense du Parlement. Le Maroc affirme sa position et critique l’attitude conciliante des Nations Unies à la veille de la remise du rapport au Conseil de sécurité.
Nasser Bourita a affirmé que « Le Maroc ne va jamais permettre aucun changement du statut juridique et historique de la zone tampon de Guerguarat qui fait partie intégrante du territoire national »
il a ajouté dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion conjointe de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocaines résidant à l’étranger à la Chambre des représentants et de la Commission des affaires étrangères, des frontières, de la défense nationale et des zones marocaines occupées à la Chambre des conseillers, que " La réaction des Nations Unies aux provocations du Polisario dans la région de Guerguarat n’était pas suffisamment ferme pour dissuader les séparatistes"

Bourita a souligné que « le Royaume va agir avec fermeté vis-à-vis des provocations du Polisario dans la région de Guerguarat et ne va jamais permettre aucun changement du statut de cette zone qui fait partie intégrante du territoire national et qui a toujours connu une présence marocaine jusqu’à 1991 ».

« Le Maroc s’est retiré de cette zone dans l’unique but de permettre à l’ONU de gérer le cessez-le-feu », a fait observer le ministre, notant que les Nations Unies et « les grandes puissances doivent assumer leur responsabilité et que le Royaume se réserve le droit de défendre cette partie de son territoire national ».

Le ministre, a en outre, ajouté que la réunion d’aujourd’hui, qui s’est tenue à l’initiative du gouvernement, « vise à informer les membres des deux Chambres du Parlement des développements dangereux que connait la zone tampon, située à l’est du dispositif défensif du Royaume ».


Aucun commentaire

Images de thèmes de Ollustrator. Fourni par Blogger.