العربية | FRANCAIS

Les denturologistes du Maroc se révoltent contre une loi injuste


Les denturologistes du Maroc se révoltent contre une loi injuste
L’Association Nationale Professionnelle Des Denturologistes au Maroc a organisé, hier, Mardi 11 Décembre 2018, une Rencontre Nationale, sous le thème: "Projet de loi 25/14 qui exclut les prothésistes dentaires au Maroc : Solutions et propositions".
Cet événement, organisé avec la participation de l’organisation démocratique des Prothésistes Dentaires au Maroc, membre de l’organisation Démocratique de travail et le Bureau National du Syndicat National des Prothésistes Dentaires au Maroc, sous l’égide de l’Union Générale  des travailleurs du Maroc, ainsi que de nombreux acteurs de la société civile et des droits humains, a porté sur le projet de loi 25.14 qui, qui exclut selon les professionnels de cet important secteur au Maroc, ainsi que 4 autres secteurs importants, d’un point selon M. Karim AZMANI, conseiller juridique de l’association, il s’agit d’une loi française ancienne de 85 ans, qui ne clarifie pas l’amalgame et ne différencie pas les “mécaniciens dentistes des spécialistes prothésistes dentaires diplômés et qui exercent d’une façon légale et d’autre point, il met les denturologistes sous la tutelle des médecins dentistes, alors qu’ils ont eu une formation à part entière et qu’ils ont leurs propres cabinets et ils subissent seules les conséquences de leur travail et ses conditions. Il a aussi ajouté que le secteur des denturologistes était plus ancien au Maroc, que le métier du dentiste qui n’a commencé qu’en les années 80.
D’autres part Mustapha Termam, membre de l’Union Générale  des travailleurs du Maroc quant à lui a souligné que les professionnels de ce secteur, n’ont pas été consulté lors de l’élaboration de ce projet de loi et que le législateur n’a pas pensé à leurs intérêts, ni à ceux de leurs familles et de leurs employés, et qu’ils sont prêts à se battre pour leur cause, et il a annoncé leur manifestation devant le parlement le 12 décembre 2018
En outre, selon M. Ahmed IBrahimi, L’Association Nationale Des Prothésistes Dentaires au Maroc, "... ce projet de loi a exclut les prothésistes dentaires, dans la mesure où il s'agit d’une profession qui a acquis des spécificités historiques ; à savoir, recevoir directement ses clients et fonctionner de façon indépendante sans l’intervention ou le contrôle de quelqu’un d’autre. M. Ibrahimi a aussi ajouté: "Nous sommes prêts, même si nous avons été exclu de l’élaboration de ce projet de loi, de soumettre des propositions et des modifications possibles, afin de réglementer notre profession et aussi, assurer une formation continue qui répond aux exigences du développement durable en vue de se mettre au diapason du progrès technologique

Aucun commentaire

Images de thèmes de Ollustrator. Fourni par Blogger.